Le Paranormal et ses pouvoirs

Publié le par Les Péripéties de Marie

Les facultés paranormales

 

 


Le rêve magique




Une définition

 

On entend ici par "rêve magique" un rêve volontairement provoqué, et ceci dans un but pratique: il s'agit le plus souvent d'obtenir des informations dont on ne saurait avoir connaissance par d'autres moyens, ou parfois d'agir directement sur la "réalité", ie la vie éveillée. On peut se poser la question des limites à assigner au mot "rêve": doit-on y inclure des états autres que celui du sommeil paradoxal? Il est fort possible que dans bien des cas, le rêve induit soit de nature hypnagogique quand il est obtenu par des "potions" (hallucinogènes?) ou la suggestion.

 

Un peu d'histoire

 


Asclépios

L'exemple le plus connu est le culte d'Asclépios (Esculape). Ce personnage fut un héros, fils d'Apollon et élève du centaure Chiron, avant de devenir un dieu du panthéon grec. Les malades se rendaient dans ses temples (en particulier à Epidaure, construit au 4ème s. av. JC). Après une purification rituelle, le malade passait la nuit enroulé dans la peau d'un animal sacrifié dans l'encoimétérion (ou abaton), où le dieu le visitait dans ses rêves. Il lui apportait parfois une guérison spontanée, ou plus souvent lui indiquait un remède. Le message était alors décrypté avec l'aide des prêtres. Ceux-ci pratiquaient aussi une médecine plus "matérialiste", mais un grand nombre d'ex-voto témoignent de l'efficacité des cures miraculeuses, qui devaient être aussitôt consignées par écrit.

Clément d'Alexandrie note qu'il faut "être pur quand on pénètre dans le temple parfumé d'encens, et la pureté c'est de n'avoir que des sentiments pieux" (NPPG). Au 5ème siècle après JC, Saint Jérôme témoigne de la persistance de ses pratiques. Délos devenue colonie athénienne (au 2ème s. av. JC), un temple y fut consacré à Sérapis, dieu égyptien guérisseur, synthèse d'Osiris, Dyonisos et Asclépios; les pratiques y étaient semblables (NPPG). Des oracles similaires existaient dans tout le monde grec. Salverte (1856) précise que "les prêtres préparaient le consultant par les émanations, les parfums magiques (...), ils subissaient au préalable les cérémonies préliminaires, destinées à leur rendre le dieu favorable" (DPPM).

Dans une lettre à Périclès, la célèbre Aspasie raconte ses pérégrinations à la recherche d'un remède: elle visite en vain le temple d'Isis à Memphis où "durant la nuit, s'exhalaient les délicieux parfums de Cyphis" et où elle apprit "que le jeune Alexandre s'était endormi dans le sanctuaire, on lui avait révélé dans un songe un remède pour guérir son ami Timoléon, et que son voeu avait été exaucé"; puis Patras, où elle dépose des offrandes devant la statue d'Hygie (la santé, fille d'Asclépios) et suivant les conseils des prêtres, fixe "de [ses] regards un miroir flottant sur l'onde d'une fontaine". Enfin on lui conseille le temple de Podalyre (fils d'Asclépios) à Lycère, où elle trouve enfin le soulagement:

"A peine suis-je arrivée que je me baigne dans le fleuve; en sortant de l'eau, je répands sur moi le baume odorant dont Sozime, notre ami, m'avait fait don à mon départ d'Athènes. Je tâchai, par mes prières, de me rendre digne de la réponse du dieu. A l'approche de la nuit, je me couchai sur une peau de chèvre, près de la colonne qui portait la statue, et je fus plongée dans un doux sommeil. Autour de moi se répandit une clarté suave. Crois-moi, Périclès, oui, crois-moi; dans ce calme de l'âme, le divin Esculape, enveloppé d'un brillant nuage, m'apparut avec ses deux filles et me promit la santé. Mon sommeil fut profond jusqu'au point du jour; à mon réveil, je me trouvai sur le même côté où je m'étais mise la veille" (DPPM).

Si la Bible rapportent surtout des cas de rêves prémonitoires, la tradition hébraïque connaît aussi le rêve magique, et plus tard, l'Islam a repris ces méthodes: "les Musulmans, lorsqu'ils veulent rêver juste et recevoir des avis et des conseils, vont dormir dans la mosquée"(DFPP).

"On rencontre fréquemment, dans l'antiquité, dans les traditions islamiques et hébraïques, l'emploi des talismans oniriques, établis pour provoquer un rêve heureux afin que l'événement s'ensuive" (ATP).

Jean Marquès-Rivière rapporte un rite courant chez les Khurdes: tout le village se rassemble un jour donné autour de son mollah ou du plus ancien; après la prière des visions (alât ar-rouâ), tous répètent en choeur 365 ou 366 fois l'invocation lâ illâha illâ'llâh. Le mollah bénit une jarre d'eau dont tous boivent. "Cette cérémonie est faite dans le but d'avoir, pendant l'année courante, de bons songes et d'heureuses visions" (ATP)

D'autre Khurdes, les Caraiches, se lavent la tête à l'eau chaude avant leur sommeil, se serrent les 2 pieds avec un fil blanc, en mettant sous leurs têtes des fruits verts qu'ils doivent manger à leur réveil (ATP).

 

Shamanisme

 

Pour les shamans de toutes les continents, on agit sur le monde de l'éveil en agissant dans le monde du rêve. Mais il s'agit là d'ECM (état de conscience modifié), c'est-à-dire de transes, et non pas de rêves au sens proprement dit, même si leur interprétation est pratiquée. Il se peut que la tradition du rêve curatif soit d'origine shamanique, parvenue en Grèce par la Scythie et la Thrace (Cornford, Chadwick, cités in MPGR). Pareillement, le "temps du rêve" des aborigènes australiens fait appel à des ECM, tout en reconnaissant la valeur de l'information obtenue en rêve.

Pour les Amérindiens, le capteur de rêves , d'abord destiné à protéger des cauchemars en les emprisonnant dans ses rets jusqu'à leur destruction par les premières lueurs de l'aube, sert aussi à faciliter les songes, qui peuvent être utilisés à des fins cognitives: à des buts pratiques (données pour la chasse, etc) s'ajoutent des exigences plus spirituelles (CDR).

 

Magie et sorcellerie

 

Dès le Moyen-Age, l'Occident a concocté des potions, dessiné des pantacles, formulé des prières, pour favoriser les rêves (généralement divinatoires). On consultera avec profit les grimoires spécialisés, dont beaucoup sont des "resucées" des 18 et 19èmes siècles, qui furent férus d'occultisme. Ainsi Salverte parle-t'il des "onctions magiques":

"Ce que demandait aux enchantements la passion ou la curiosité, l'onction magique le faisait ainsi obtenir en rêve; mais d'une manière si prononcée, qu'il était impossible de ne pas prendre l'illusion pour la réalité" (DPPM).

Quelques recettes?

"Pour voir en dormant la personne qu'on épousera": ayez du Corail pulvérisé, de la poudre de diamant, avec du sang de pigeon blanc, et en faire une pâte qu'on enfermera dans une figue. Après avoir mis le tout dans un morceau de taffetas blanc, se le mettre au col, et placer sous son chevet une branche de myrte en disant cette oraison [Léonard Vair, 1583] (DPPM): "Kurie clementissime, qui Abraham, servo tuo, dedisti uxorem, et filio ejus obedientissimo, per admirabieem signum, indicasti Rebeccam uxorem, indica mihi, servo tuo (ou: famulae tuae), quam nupturus sum uxorem (ou: quem nuptura sum sponsum), per ministerium tuorum Spirituum: Balibeth, Assaibi, Abulamith. Amen."Pierre Mora, dans son livre "Zekerboni", recommande le taffetas bleu (pour les garçons!) et remplace le myrte par le "pentacule du samedy" (MSMA). "Jérôme Cardan parle de l'onguent populeum, fait du suc des feuilles et des branches de peuplier, qui produit abondance de songes heureux" (MSMA).

"Les grimoires du Moyen-Age conseillent de respirer un parfum composé de graines de lin et de racines de violettes, ou de se ceindre le front d'un bandeau de verveine" (DFPP).

"Pour voir, la nuit, dans une vision ce que vous désirez savoir du passé ou de l'avenir": Le soir, avant de vous coucher, reproduisez la fig.11, sur du parchemin vierge. Les deux N.N. indiquent l'endroit où vous devez mettre vos noms, ainsi que ce que vous désirez savoir. La place libre entre les deux cercles est destinée à recevoir le nom des anges que vous désirez invoquer. Cela fait, récitez trois fois l'Oraison suivante et couchez-vous du côté droit, l'oreille sur le parchemin (DRPN):

Oraison: - O glorieux nom du grand Dieu vivant auquel, de tout temps, toutes choses sont présentes, moi, qui suis votre serviteur N... (nommez-vous), Père Eternel, je vous supplie de m'envoyer vos anges, qui sont écrits dans le cercle, et qu'ils me montrent ce que je suis curieux de savoir et apprendre, par J.-C. N.-S. Ainsi soit-il.

"Pour bien rêver", il convient de se coucher de bonne heure après un repas frugal; d'orienter son lit (la tête vers le nord ou l'est); d'éviter qu'il soit en bois de noyer (hostile à l'au-delà), ou s'il est en métal, de choisir le cuivre. La couleur de la chambre est importante: grise, jaune, verte ou bleue, mais pas de blanc, de rouge ni de marron. Enfin pas ou peu de lumière, derrière un rideau, et de teinte violette. Bannir si possible les objets en métal (DSOC).


D'autres peuples usent de méthodes similaires: on réalise des pantacles pour obtenir des résultats variés (cognitifs ou actifs) en copiant des textes coraniques, des signes astrologiques, etc, sur un petit papier. On les porte sur soi (bon songe) ou on les avale (contre les cauchemars) (ATP).

Chez les Khurdes chrétiens, les talismans sont interdits, mais on se lave les yeux et le front à l'eau bénite, on met un cierge bénit et des olives sous l'oreiller, on se couche en avalant un peu de terre du tombeau d'un saint, ou on porte au cou des croix de bois, des médailles (ATP).

 

Religion et spiritualité

 

L'importance indéniable des rêves a été reconnue par toutes les religions; si certaines s'en méfie (comme du Diable!), d'autres en font un usage extrêmement raisonné. Les Upanishads ont toujours considéré la vie de l'homme comme une suite d'états de conscience plus ou moins proches de l'éveil, ce que nous appelons "état de veille" en Occident étant sans doute la pire illusion...

Il existe une technique, dite "Pratique de la Nuit", où les rêves (milam) sont provoqués par une mise en condition avant l'endormissement. On peut y avoir des contacts télépathiques avec son maître, recevoir un enseignement, pratiquer des exercices dans un monde qui préfigure le Bardo de la mort et permet de s'y préparer. Précisons que cette méthode est réservée à des personnes déjà bien avancées sur la Voie, et doit être accomplie sous le contrêle d'un gûrû (YORE).

 

Contes et légendes

 

L'idée du rêve magique apparaît dans bien des contes fantastiques; le monde de Féerie s'en mêle, et le petit elfe Ole-Ferme-l'Oeil, popularisé par Christian Andersen, visite chaque nuit les enfants pour leur distribuer, suivant leurs mérites, beaux songes ou cauchemars affreux... Mais l'elficologue Pierre Dubois remarque qu'il "ne sert pas qu'à endormir l'enfant en le berçant de jolis rêves; au contraire, il l'éveille en lui ouvrant les portes du mystère qui habite le dormeur et l'appelle à la transcendance" (GEF). Il parle aussi du Latusé ("latte usée", parquet qui craque, nous sommes dans le monde du rêve et de ses jeux de mots) qui suscite les cauchemars des petits (GEL).

Gravure de BertallIl est difficile d'oublier Shakespeare et son "Songe d'une nuit d'été", où Puck, sous les ordres d'Obéron, distribue songes creux et illusions grâce à une fleur magique ("a little western flower,- before milk-white, now purple with love's wound,- and maidens call it love-in-idleness"); les pauvres humains n'en demandaient pas tant!

Hugo Pratt a repris le thème dans le "Songe d'un matin d'hiver", où l'on voit Corto Maltese endormi à Stonehenge, visité par ces mêmes fées qui craignent une invasion des îles anglo-normandes par l'armée allemande (suivie de tout le panthéon germanique), recevoir en songe les informations qui lui permettront de déjouer une conspiration menaçant le QG allié à Tintagel (SMMI).


Corto bavarde avec Puck sous sa forme de corbeau

 

Aujourd'hui

 

Les recherches scientifiques sur le rêve nous ont appris qu'influer sur le contenu du songe n'a rien d'hypothétique. Harvey de Saint-Denis avait déjà trouvé que des stimuli extérieurs (odeurs, sons, lumières vives, contacts) pouvaient en modifier le contenu à volonté. Le professeur Jouvet lui a consacré un roman aussi vivant que riche d'informations (CHSO).

Il existe des façons modestes d'influer sur ses rêves, en se focalisant avant de s'endormir sur le sujet que l'on souhaite aborder; concentration qui peut se matérialiser par des petits rituels sans danger, mais dont la symbolique rappelle certaines des recettes magiques évoquées ci-dessus: par exemple, écrire sur un papier le sujet de sa préoccupation, ou glisser la photo d'une personne ou d'un lieu sous son oreiller. Les "pouvoirs paranormaux qui sont en nous", avec un peu d'entraînement, feront le reste.

Ainsi, on pourra se former à la clairvoyance, la télépathie, la précognition et la rétrocognition oniriques. "La clairvoyance onirique représente un excellent système pour résoudre les petits et les grands problèmes du quotidien (...) De plus, elle présente un grand avantage par rapport à la précognition: le fait qu'elle peut être vérifiée immédiatement" (DFPP).

Voici un témoignage frappant: un Monsieur X avait rencontré dans le train un homme avec qui il avait conversé de manière fort plaisante. "Le soir, rentré chez lui, [il] eut envie de continuer la conversation avec cet inconnu. Il le souhaita longuement avant de s'endormir. La nuit, en rêve, il revit son interlocuteur et ils s'étendirent sur les sujets abordés. Il eut l'idée de [lui] demander son numéro de téléphone". Le lendemain, Monsieur X se souvient du numéro. Il le compose, et entend la voix de l'inconnu au bout du fil (MCRP).

Bien des découvertes importantes ont été faites en rêve (la spirale de l'ADN, la relativité); si l'on peut faciliter le choix des sujets dont on rêvera, et si l'on s'exerce à s'en souvenir au réveil, tout est possible. Ces petits exercices sont à la portée de tous. Et avant d'en sourire, rappelez-vous que nous n'utilisons qu'une faible partie de notre cerveau...

 

Conclusion

 

Entre les recettes de bonnes femmes et les laboratoires où l'on étudie le sommeil dans tous ses états, on peut espérer que les progrès de la parapsychologie et des sciences de l'esprit nous permettront de trouver une "voie du milieu" où nos pouvoirs latents pourront s'épanouir. Le rêve sera alors véritablement la "voie royale" qui nous mènera vers la clarté intérieure.

 

Claude-Alice Marillier

SOURCES

NPPG- "Nous partons pour... la Grèce", Pierre Lévêque (PUF, 1966)

DPPM- "Dictionnaire des pierres et des parfums magiques", Santini de Riols (Belfond, 1981)

DFPP- "Découvrez les fabuleux pouvoirs paranormaux qui sont en vous", Laura Tuan (de Vecchi, 1989)

ATP - "Amulettes, talismans et pantacles", Jean Marquès-Rivière (Payot, 1972)

MPGR- "Mythe et pensée chez les Grecs", Jean-Pierre Vernant (La Découverte, 1994)

CDR - "Capteur de rêves", film TV de Paule Muxel (M de S Films - France 3, 1998)

MSMA- "Le musée des sorciers, mages et alchimistes", Grillot de Givry (Tchou, 1966)

DRPN- "Le Dragon Rouge et la Poule Noir", Grimoires et rituels magiques (Belfond, 1972)

DSOC- "Dictionnaire des sciences occultes", dirigé par Frédéric Boutet (Desclez, 1979)

YORE- "Le yoga du rêve", Namkhai Norbu (L'Originel, 1993)

GEF - "Grande encyclopédie des fées", Pierre Dubois (Hoëbeke, 1996)

GEL - "Grande encyclopédie des lutins", Pierre Dubois (Hoëbeke, 1992)

SMMI- "Sogno di un mattino di mezzo inverno", Hugo Pratt (Tascabili Bompiani, Fabbri Editori, 1978)

CHSO- "Le château des songes", Michel Jouvet (Odile Jacob, 1992 )

MCRP- "Mieux comprendre ses rêves par la parapsychologie", Henri Premont (RTL Ed.)
 
 
             
 
 

          Pouvoirs de l’être humain


  
 

Publié dans Mes passions

Commenter cet article